Comment travailler avec les femmes ?

Main changeant avec un visage d'émoticône de sourire sur un cube en bois, main retournant le symbole malheureux en symbole heureux

Belle et adorable, la Yalla ! Arabic, ou "en avant" en français, est le meilleur hymne pour les femmes aventureuses qui sont sur leur chemin d'éveil à leur moi instinctif, beau et adorable. D'après mes propres expériences, mes amitiés étroites et mon travail avec les filles, j'ai supposé que les femmes aspirent à se sentir à l'aise avec elles-mêmes, à s'assumer et à être fidèles à elles-mêmes.

Prendre en compte

Et que, tant qu'ils ne l'auront pas fait, ils ne se sentiront pas vraiment beaux, mais croiront que leur attractivité est toujours soumise à des problèmes extérieurs. Se sentir beau et se sentir adorable sont inextricablement liés. Ils se nourrissent l'un l'autre. Nous ne pouvons pas nous sentir vraiment beaux si nous ne nous sentons pas adorables. De même, si nous ne comprenons pas que nous sommes adorables, nous remettons toujours en question notre attractivité. Ce type de pays est assez agité. Il engendre des insécurités incessantes, forçant nos émotions à des actions violentes et irrégulières.

Pour voir et ressentir notre propre attractivité et notre amour, nous devons nous détendre. Et nous devons repenser ou recadrer nos notions de beauté. Dans mon travail Yalla ! avec les filles, nous redéfinissons doucement l'"attractivité" en termes nouveaux. L'éveil à notre attractivité et à notre caractère aimable est essentiel pour notre santé émotionnelle et la qualité de nos relations. L'éveil est un impératif car, si nous ne le faisons pas, nous sommes comateux, desséchés, et ne pouvons pas contribuer pleinement à notre planète.

Le saviez-vous ?

La recherche de validation, d'acceptation, d'attention - en d'autres termes, pour combler le vide intérieur - conduit à la misère, à des décisions néfastes, à des relations bancales et à la peur. Je parle de ma propre expérience à ce sujet. Parallèlement, lorsqu'une femme est consciente de sa propre beauté, elle aborde les autres sur un pied d'égalité, de manière détendue et sans mur d'insécurité. Cela favorise des relations saines, tant sur le plan professionnel que personnel. Il n'y a pas autant d'autocensure, d'autocritique et de codépendance car elle se sent complète. L'éveil à notre beauté et à notre caractère aimable passe par une reconnexion avec qui nous sommes, et non par un pilotage automatique avec qui nous croyons devoir être.

Lorsque les filles sont authentiques, elles permettent aux autres hommes et femmes de l'être aussi. Nous produisons notre propre style. Nous exsudons la beauté en nourrissant notre vie et notre corps de belles pensées, de bonnes habitudes psychologiques et d'une sagesse plus saine. Mais nous avons besoin de mentors et d'outils pour y parvenir. C'est pourquoi il est si important que les femmes se réunissent et discutent de leurs méthodes d'existence anciennes et collectives. Aucune femme ne peut y parvenir seule. Afin d'être pleinement nous-mêmes, nous devons rester vigilantes, penser par nous-mêmes et nous rebeller contre tout le chaos médiatique incorrect concernant la beauté et l'amabilité.

Gardez à l'esprit

En réalité, nous pouvons créer l'habitude d'être attentifs à notre attractivité, une connaissance intérieure de notre beauté qui ne peut pas être facilement détournée. Nous pouvons nous concentrer sur notre corps et nos émotions - notre gyroscope interne - pour reconnaître immédiatement si nous commençons à couler. Et nous pouvons apprendre ce qu'il faut faire pour rester à flot. L'éveil à notre caractère aimable se produit lorsque nous nous prenons tels que nous sommes en ce moment. La volonté d'être "meilleur" est un déni de notre amour actuel et de notre droit, en tant qu'être humain, d'être un élève imparfait. Elle contribue à une insatisfaction constante. Personne n'est jamais "arrivé". Nous apprenons à comprendre notre valeur, non pas en fonction de ce que nous faisons pour les autres ou du regard des autres, mais en fonction de l'authenticité de notre vie. Nous apprenons à être extrêmement conscients de nous-mêmes pour reconnaître quand notre comportement est motivé par le besoin que les autres voient notre valeur, notre attrait et notre caractère aimable, - et aussi pour comprendre comment nous regrouper et nous prendre en main pour vivre une vie sexy.

Nous nous libérons de l'incessant doute de soi qui alourdit notre cœur. Nous nous réjouissons sans honte de nous-mêmes et apprenons à nous traiter avec douceur. Les femmes sont incroyablement dures envers elles-mêmes. En général, nous faisons preuve de beaucoup plus de compassion envers les autres qu'envers nous-mêmes. Nous nous imposons des programmes et des listes de choses à faire que douze personnes ne pourraient pas accomplir. Nous ne nous donnons pas l'espace nécessaire pour respirer. Quelle joie de cultiver notre nature compatissante. Malheureusement, nous nous sentons souvent accablés, pressés et harassés, nous ne trouvons pas d'occasions d'exercer notre empathie. Nous n'observons pas les autres dans le besoin, nous ne répondons pas à nos semblables. Et cela produit une vie creuse.

Peut-être qu'une femme aussi mal nourrie ne peut pas mettre le doigt sur ce qui lui manque, mais l'autocorruption et le manque de conscience des autres sont une négligence grossière de sa divinité et de sa joie intérieure. Que ce soit pour des raisons d'auto-préservation, une idée confuse de la liberté qui consiste à "tout faire soi-même", etc. Elles deviennent des faiseuses, plutôt que des êtres, et ne remarquent même pas quand l'amour vient frapper sous ses multiples formes. Il est temps de rire plus longtemps, de laisser entrer l'amour et d'augmenter notre capacité à recevoir (ou à laisser) l'amour. Il est temps de créer une vie plus simple avec plus d'espace pour respirer, d'aimer et de se délecter des choses faciles qui nourrissent l'âme. Nous pouvons y parvenir. Nous pouvons prendre la bonne habitude d'éveiller notre imagination quotidiennement, pratiquer la conscience de soi et appliquer les outils pointus que nous rassemblons à cette fin. Il est normal, et même essentiel, de remettre en question les relations et les rôles. Nous devrons laisser libre cours à nos envies de faire, et à tout ce que nous voulons accomplir.

Souvenez-vous de

Nous pouvons savoir où nous commençons et où nous finissons, afin de ne plus tomber dans la codépendance. Pour être libres, nous devons supprimer les détestables "je devrais". Puissions-nous trouver le courage de mener notre propre vie et d'être mis en relation avec notre moi instinctif qui a envie d'exprimer, de créer, de courir, de grogner, de danser, de se lamenter, de se nourrir, de rire, de crier, de piétiner et de faire l'amour. Nous sommes tous des "apprenants". Faisons preuve d'auto-compassion, de douceur et de patience envers nous-mêmes. Apprenant que nous sommes adorables et beaux, exerçons-nous à permettre à l'amour d'atteindre notre cœur de magma en fusion, plutôt que de travailler dans un esprit de précipitation où nous négligeons les innombrables expressions d'amour quotidiennes. Nourrissons-nous de la joie fantastique que procure le fait de détecter les autres qui ont besoin de soins et de réagir en conséquence.

Femmes, nous devrons être profondément gentilles avec nous-mêmes. Nous devrons nous libérer de la culpabilité et de l'auto-blâme, en plus de l'attribut des autres (encore une fois, le blâme suggère un sentiment de victimisation). Profitons de cet univers glorieux, en comprenant que nous en sommes des parties intégrantes. Malheureusement, les femmes sont souvent très inhumaines envers les femmes en raison de leurs propres insécurités, de leurs peurs et de leur manque de compréhension de leur beauté et de leur caractère aimable. Refusons cette mesquinerie, cette rivalité et cette cruauté. Prenons conscience de notre propre attractivité et de notre caractère aimable et traitons nos sœurs .

Conclusion

S'éveiller à notre attractivité et à notre caractère aimable est une histoire d'amour continue. Elle ne se termine jamais. En recherchant cette expérience, nous savons être reconnaissants et heureux, indépendamment des circonstances. Nous nous débarrassons de la croyance de la victimisation qui nous arrête sur notre chemin. Notre électricité est restaurée. Pas à pas et collectivement, nous marchons, respirons et dansons nos vies comme des dames entières. Je propose un toast. Levons nos verres avec notre inspirante Yalla !